Publié le 3 février 2021

Les aides de l’Etat pour les jeunes en période de covid

Depuis mars dernier, beaucoup d’entre vous n’ont pas retrouvé les amphithéâtres et salles de cours. Entre décrochage scolaire, fort isolement, déprime et perte des jobs étudiants, vous n’êtes pas épargnés par la pandémie. Face à cette situation de plus en plus d’associations se mobilisent pour aider les jeunes les plus en difficulté et différentes aides commencent à être mises en place.

Dans cet article, retrouvez un résumé des dernières aides mobilisées par l’Etat pour les jeunes face à la crise sanitaire. 

  • l’élargissement de la garantie jeunes 

La garantie jeunes s’adresse aux jeunes entre 16 et 25 ans qui ne sont ni en emploi ni en formation et qui doivent s’assumer financièrement. Pour la mettre en œuvre, un contrat est signé entre le jeune et la mission locale, avec des objectifs en termes de reprise de formation, de découverte de métiers et de recherche d’emploi. Ce dispositif s’accompagne d’une aide financière (allocation mensuelle d’un montant de 497 euros pendant 1 an). L’allocation est cumulable avec d’autres revenus d’activité (plafond max de 300€ par mois) mais ne peut être cumulée avec l’indemnité reçue en service civique.

Avec la crise sanitaire, l’objectif est de doubler le nombre de bénéficiaires en 2021 pour accompagner 200 000 jeunes (au lieu de 100 000 prévus initialement).Un rapport propose de revoir les conditions de ressources et de supprimer le critère « sans emploi, ni études, ni formation » pour rendre la garantie jeunes accessible à des étudiants en difficulté ou des jeunes professionnels en situation de précarité. Nous vous tiendrons informés des décisions prises et tiendrons cet article à jour.

Pour en savoir + : La Garantie Jeunes (key4job.fr)

En complément de la Garantie Jeunes, l’Etat a également renforcé le dispositif AIJ (Accompagnement Intensif des Jeunes) déployé par Pôle Emploi. Il s’agit d’un accompagnement renforcé des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle Emploi âgés de 16 à 30 ans. L’objectif est de pouvoir faire bénéficier 240 000 jeunes en 2021 de ce coaching renforcé. Plus d’infos sur : www.pole-emploi.fr/candidat/vos-recherches/preparer-votre-candidature/

Par ailleurs, certains se posent la question de l’accès au RSA. Pour les jeunes de moins de 25 ans, il n’est accessible que si vous pouvez justifier avoir travaillé pendant 2 ans à temps plein au cours des 3 années précédant la date de la demande.

En cas de grande difficulté financière, il est important de ne pas rester seul.e et de prendre contact avec une assistante sociale pour savoir quelles sont les aides auxquelles vous avez droit. Pour cela, contactez soit votre Conseil départemental, soit le CCAS de votre commune de résidence (Conseil communal d’action social).

  • le plan «1 jeune 1 solution»

Lancé en juillet 2020, il vise à soutenir les jeunes dans la recherche d’emploi. Cela passe par une aide financière aux entreprises qui recrutent des jeunes de moins de 26 ans entre le 1er août 2020 et le 31 mars 2021 (compensation de charge de 4000 €) mais aussi pour celles qui embauchent des jeunes en alternance.  

Un site Internet a été créé dans le cadre de ce plan pour mettre en avant des offres d’emploi, d’alternance et de stage dédiées pour des jeunes.

Pour en savoir +: Plan 1 jeune 1 solution – Key4job

  • les repas à un euro

Depuis le 25 janvier, tous les étudiants (même non boursiers) peuvent bénéficier de deux repas par jour à un euro chacun dans les restaurants universitaires (Crous). Ces repas sont proposés en vente à emporter et sont disponibles dans près de 400 restaurants universitaires en France. Pour y avoir accès, il faut juste créer son compte Izly. Plus d’infos sur : www.etudiant.gouv.fr/fr/le-repas-au-crous-passe-1-euro

Des associations apportent elles aussi un soutien alimentaire aux étudiants dans le besoin comme les Restos du Cœur, le Secours populaire, la Banque Alimentaire, la Croix-Rouge…

  • un «chèque psy»

Le «chèque psy» doit permettre aux étudiants en détresse psychologique de consulter un psychologue ou un psychiatre. Mis en place depuis le 1er février, il s’agit concrètement d’un forfait pour accéder gratuitement à 3 rdv avec un professionnel, il faut préalablement avoir vu un médecin du service de santé universitaire pour qu’il vous prescrive un suivi psychologique. La prise en charge des consultations se fera directement par la Sécurité Sociale et la mutuelle.

Par ailleurs, le Gouvernement a annoncé que 80 psychologues seront recrutés dans les CROUS dans les prochaines semaines, ce qui correspond à un doublement des effectifs. D’autres réseaux ont également été mis en place:  des vidéos de techniques de relaxation et de méditation, des foires aux questions, des réseaux d’étudiants. 

Tu trouveras sur le site soutien-etudiant.info des conseils et des informations pour trouver les aides et dispositifs accessibles.

Il existe également des lignes d’écoute selon les difficultés ressenties l’étudiant pour le mettre en relation avec le bon professionnel : Fil santé jeunes, Nightline, SOS Amitié, Suicide Écoute

  • lutte contre le décrochage scolaire.

Fin novembre, le Gouvernement a annoncé la création de 20 000 jobs étudiants pour venir en soutien aux étudiants décrocheurs. Ces contrats sont passés avec les Crous, pour une durée de 4 mois. Il s’agit d’emplois de tuteurs à raison de dix heures par semaine, le but étant que les étudiants en fin de cursus aident ceux de L1 et L2 à poursuivre leur cours. En plus d’apporter une aide financière aux premiers en leur permettant de percevoir un revenu, ce soutien aide les seconds à rester dans les rangs de la scolarité. Pour plus d’infos, renseignez-vous auprès de votre Crous.

JE PARTAGE CET ARTICLE !